Là!

Quelques jours auparavant, j’ai décidé de faire un peu de rangement dans ma chambre. Sage décision, me dites- vous. Ben oui!

Sauf que… à part les chemises et autres hauts qui pendent sur le dossier de la chaise de mon bureau, ma chambre n’est pas tellement bordélique (oui, la flemme de devoir repasser une deuxième fois me fait les suspendre sur le dossier de la chaise et non avachis quelque part, mais pas encore pendus sur leurs cintres dans ma penderie),

A part les trois piles de magazines qui jonchent le côté droit de la moquette (non elles vont rester là, ces piles, ce sont mes archives – donc il faudrait que j’y aie un accès facile),

A part les petits clusters sur le bureau. Le vide-poche déborde, de fil, de clés, de morceaux de craies de tailleur, de monnaie (oui, c’est encore un vrai vide-poche), de grains d’eucalyptus (des fois, je ramasse des petites choses insignifiantes… qui finiront par trôner sur mon bureau). Les relevés bancaires non encore ouverts s’amoncèlent sur un coin. Les cahiers divers (de croquis, d’inventaires, de modèles) sont bien rangés avec les classeurs de pages arrachées de magazines féminins, d’archi, de design.

A part… Ben non!

Et pour cause… le gros du bordel vient des ces modèles de sacs que j’ai fabriqués et que j’accumule. Tous ont une histoire. J’aime bien les voir tous dans ma chambre. Mais je me rends compte qu’un jour, je devrais m’en séparer ou, en attendant, leur trouver une grande boîte de rangement. En osier, je crois. Pour aller avec les meubles.

Regardez! Ils sont mignons, non ? Et encore, ils ne sont pas tous là!

Et voilà, le rangement n’est pas toujours fait vu que les sacs restent dans la chambre, dans ces positions là, composant un tableau digne du marché-trottoirs de Behoririka. Mais non, c’est plus étroit chez eux.

Me voilà en train de rêver de ma boutique… Il y aura du bois, probablement de l’osier. Avec en arrière-cour, un atelier de couture et un atelier de crochet. Et quelque part, du vert. Du gazon, des arbres pour l’ombre. Et moi, idéalement vivant sur site… Et de l’eau, à pomper pour que le tout reste vert, en toute saison.

Pour l’instant, la maison de mes parents me sert d’atelier (la loggia, pour crocheter et la buanderie, pour coudre sur machine) et ma chambre, de boutique (de bureau, de salle d’archives). Le jardin est relativement vert (sauf la pelouse), les fleurs se permettent de fleurir. Et moi, de rêver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :